"Les gens heureux lisent et boivent du café" a été un vrai coup de coeur. J'ai adoré ce roman. Depuis je lis tous les écrits de cette auteure. Il était donc normal que je lise son petit dernier :-) 

Véra et Yanis forment un couple très heureux depuis une dizaine d'année. Ils ont 3 enfants dont ils sont fous et forment une famille soudée. La seul ombre au tableau provient du travail de Yanis et plus particulièrement de son patron, son beau-frère Luc. Ce dernier ne semble pas accorder assez de confiance et de mérite à Yanis. Luc possède un cabinet d'architecte et emploie Yanis qui se sent de plus en plus bridé dans ses tâches. Suite à un conflit concernant un chantier, les 2 amis vont se disputer et une rupture franche va avoir lieu entre eux. A partir de cet instant, la vie de la famille va être bouleverser. La crise de la quarantaine va commencer pour Yanis qui va remettre en question un aspect essentiel à son bien-être. Entre temps, Véra et Yanis ont rencontré Tristan qui à l'opposé de Luc semble croire au potentiel du père de famille et va tout faire pour le soutenir. 

Dans ce roman, les apparences sont trompeuses. Les personnalités des personnages ne se délient que petit à petit. La famille de Véra va devoir essuyer un raz-de-marée qui ne va pas les laisser indemne. 

Agnès Martin-Lugand aime donner vie à des personnages complexes et ambigus. On retrouve cela dans ce roman et je l'avais aussi remarqué dans "Entre mes mains le bonheur se faufile". Elle utilisent des personnages forts, durs et manipulateurs pour certains. 

J'ai beaucoup aimé retrouver la plume de l'auteure. Je trouve qu'elle a un don pour retranscrire le quotidien et mettre en avant les petits bonheurs de la vie. 

J'ai apprécié la fin ce qui n'avait pas été le cas dans "Entre mes mains le bonheur se faufile". 

Je vais maintenant lire "Désolé je suis attendue..." qui vient de sortir en poche :-) 

Synopsis 

Yanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s'aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plu mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui. Yanis se lance à son compte, enfin. 

Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé, va soudain prendre une tournure plus sombre. Yanis saura-t-il échapper à une spirale infernale sans emporter Véra? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage?

J'ai toujours cette musique dans la tête d'Agnès Martin-Lugand
Retour à l'accueil