Ce roman n'est pas une nouveauté mais l'édition Livre de Poche me l'ayant offert par rapport au travail, je me suis dit que sa lecture me permettrait de découvrir l'univers de l'auteure. 

Ferdinand est un grand-père aigri et bourru qui vit seul depuis son divorce. Sa seule compagnie est son chien Daisy qu'il aime énormément et qui est surtout la seule à le supporter. Ferdinand est une personne âgée désagréable qui attend plus ou moins la mort. La vie l'a rendu aigre et dur envers ses congénères. Sa réputation le précède. Il est très peu apprécié dans la résidence où il vit qui est essentiellement habitée par des personnes âgées, surtout des femmes. Ses remarques et ses actes l'isolent des autres habitants. La situation dure depuis 2 ans. Sa fille, Marion, habitant dans un autre pays, se repose beaucoup sur l'opinion de Mme Suarez, la gardienne de l'immeuble, qui ne supporte pas Ferdinand. Suite à cela, Ferdinand va voir sa routine bousculée et perturbée le forçant à sortir de sa zone de confort. Malgré quelques aspects négatifs, cela va lui permettre de faire des rencontres et de s'ouvrir à son entourage. 

Il va notamment rencontrer sa voisine du dessus, une fillette surdouée et bavarde qui va petit à petit dérider Ferdinand. Il va également se rapprocher de certaines personnes de l'immeuble. 

Le personnage de Ferdinand est en premier lieu agaçant. Il n'aime personne d'autre que son chien. Il est désagréable et limite impoli. Puis, au fil de la lecture, on le voit évoluer et s'ouvrir aux autres. Il va traverser de nombreuses péripéties qui vont l'obliger à aborder la vie autrement. J'avoue ne pas trop m'être attachée à ce personnage. J'ai plus de mal à m'identifier quand il s'agit de personnes âgées mais c'est surtout le caractère du personnage qui m'a le plus gêné. Ferdinand est un peu le stéréotype de la personne âgée désagréable que tout le monde critique et repousse. Au cours de la lecture, on voit que cela n'est qu'une sorte d'armure mais malgré cela, j'ai eu du mal à être touchée et émue par lui. 

Le personnage que j'ai vraiment apprécié est celui de Juliette, la fillette qui vient le voir tous les midis. J'ai adoré sa façon de rentrer dans la vie de Ferdinand. Elle n'a pas de filtre et va, avec ses mots, secouer le vieil homme pour lui ouvrir les yeux. 

J'ai lu le roman assez vite, de part son petit nombre de pages (250) mais aussi de part son écriture. J'ai plus eu l'impression de survoler l'histoire que de vraiment l'intégrer. Cela est surement dû au fait que je n'ai pas vraiment apprécié le personnage principal. 

En revanche, j'ai beaucoup aimé les proverbes et autres citations qui intitulent les chapitres. Utilisant souvent des expressions saugrenues, cela m'a bien parlé :-)

Malgré tout, c'est un roman détente, idéal pour les vacances!

Et vous, quel avis avez-vous sur ce roman?

Synopsis

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre - certains diraient: seul, aigri, méchant -, s'ennuie à ne pas mourrir. Son unique passe-temps? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir? rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petites chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie...jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92ans forcent littéralement sa porte, et son coeur. Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur!

Mémé dans les orties d'Aurélie Valognes
Retour à l'accueil