Bon, pour mes lecteurs réguliers, je crois que vous avez compris. J'ai eu un gros coup de coeur pour l'écriture de David Foenkinos. Devant le grand engouement qu'à suscité "La délicatesse", qui est l'un de ses romans les plus connus, je ne pouvais pas passer à côté. 

Nathalie vit une très belle histoire d'amour avec son mari François. Ce bonheur va malheureusement être renversé par le destin privant ainsi Nathalie de son grand amour et de son bonheur familial. 

Trois ans plus tard, Nathalie travaille toujours au même endroit. Elle s'est même lancée à corps perdu dans cet emploi pour surmonter sa douleur. Un jour, sans aucune anticipation, elle embrasse un de ses collaborateurs, Markus. Si pour elle, il ne s'agit que d'une pulsion, Markus est profondément touché et troublé. 

C'est le début de la vraie reconstruction de Nathalie. Elle va faire le point sur ses émotions et essayer de reprendre petit à petit sa vie en main mais surtout le goût de vivre, de sortir. 

C'est un très beau roman avec une belle histoire. C'est une lecture comme son titre, tout en délicatesse qui aborde avec douceur le deuil et le quotidien. Comment reprendre le cours de sa vie quand son élément principal n'est plus là? 

Encore une fois, ce fût un vrai plaisir de lire un roman de David Foenkinos. J'aime définitivement beaucoup sa plume. 

Ce roman a été adapté au cinéma avec Audrey Tautou et François Damien. Je pense le regarder bientôt pour voir comment ce beau roman a été mis en scène. 

Synopsis

" François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu'un jus ça serait bien. Oui, un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d'abricot, ça serait parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse. - Je vais prendre un jus. Un jus d'abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. "

La délicatesse de David Foenkinos
Retour à l'accueil