C'est le 4eme livre de l'auteur publié avec le personnage d'Ari Thor. J'ai découvert cet auteur il y a quelques mois et je suis assidument ces parutions. Je me suis donc lancée avec impatience dans ce 4eme tome des aventures du policier islandais. 

On retrouve dans ce tome l'officier Ari Thor et la journaliste Isrun. Suite à leur rencontre et leur collaboration lors de l'enquête précédente, ils sont restés en lien et n'hésite pas à se solliciter pour se refiler des informations. 

Ari Thor est assigné à résidence à Siglufördur. En effet la ville est victime d'une épidémie de grippe hémorragique. La population est confinée et personne ne sort dans les rues. Les affaires sont donc au point mort. En revanche, à Olafsfjörour, l'actualité ne s'arrête pas et Isrun est présente sur tous les fronts. 

Elle doit couvrir une affaire de délit de fuite mortel, un kidnapping et un cold case vieux de 55 ans sur lequel elle enquête en collaboration avec Ari Thor. Dans ce dernier cas, une jeune femme a été empoisonné accidentellement par de la mort au rat dans le fjord de Héöinsfjörour, lieu très isolé désormais abandonné. 

Les personnages évoluent donc entre ces 3 enquêtes qui vont leur donner du fil à retordre. Entre secret de famille, politique et mafia, un polar palpitant que j'ai dévoré en 2 jours!

Comme toujours, c'est un plaisir de retrouver la plume de l'auteur. J'aime beaucoup les personnages et surtout l'ambiance glacial de l'Islande. Les paysages décrits sont sublimes. Il dégage une sorte de quiétude des descriptions de l'auteur sur l'environnement. 

Vous l'avez compris, j'aime beaucoup  cet auteur et j'ai hâte de lire son prochain roman parut il y a quelques jours!

Synopsis

Mais que se passe-t-il encore à Siglufjördur ? L'inspecteur Ari Thór n'est pas venu à bout des secrets de ce village en apparence si tranquille. Lui qui avait fini par se faire à la rudesse du climat et aux hivers trop longs se sent de nouveau pris à la gorge par un terrible sentiment de claustrophobie. La ville est mise sous quarantaine car on suspecte une épidémie de fièvre hémorragique (sótt, en islandais). Les premières victimes succombent tandis qu'un crime vieux de cinquante ans remonte à la surface... Le huis clos se referme sur les habitants de Siglufjördur.

Sott de Ragnar Jonasson
Retour à l'accueil